Augmenter le renouvelable permettrait d’accroître le PIB selon l’IRENA

Parvenir à une part de 36% d’énergie renouvelable dans le mix énergétique mondial en 2030 augmenterait le produit intérieur brut (PIB) mondial de près de 1,1%, soit environ 1.300 milliards de dollars, selon une nouvelle analyse fournit par l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA).

L’étude “Renewable Energy Benefits : Mesuring the Economics“, dévoilée lors de la sixième assemblée de l’IRENA, donne la première estimation globale des impacts macroéconomiques du déploiement des énergies renouvelables. Plus précisément, il décrit les avantages réalisés si le scénario de doublement de la part globale dans les énergies renouvelables était appliqué d’ici à 2030 par rapport au niveau de 2010.

L’accord de Paris (COP21) a envoyé un signal fort pour que les pays passent rapidement de la négociation à l’action afin de décarboner le secteur de l’énergie“, a déclaré Adnan Z. Amin, Directeur général de l’IRENA. “Cette analyse fournit des preuves convaincantes que la nécessaire réalisation de la transition énergétique atténuerait non seulement le changement climatique, mais stimulerait aussi l’économie, améliorerait le bien-être humain et développerait l’emploi dans le monde entier.

Danemark: nouveau record du monde de consommation d’énergie éolienne en 2015

Copenhague (AFP) – L’énergie éolienne au Danemark a assuré 42,1% de la consommation électrique du pays scandinave en 2015, un nouveau record du monde dû aux bonnes conditions de vent, a-t-on appris lundi auprès de la compagnie Energinet.dk.

« 2015 a été beaucoup plus venteux que la moyenne annuelle », a expliqué à l’AFP une porte-parole de l’électricien public, Hanne Storm Edlefsen. La capacité de production d’énergie éolienne « a un peu augmenté mais ce n’est pas la principale explication », a-t-elle ajouté.

A 42,1%, la part de l’énergie éolienne dans la consommation d’électricité danoise gagne trois points de pourcentage par rapport à 2014, lorsque le Danemark devançait le Portugal (24%) et l’Espagne (20,4%), selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Le Danemark ambitionne de générer 50% de son électricité consommée grâce aux turbines éoliennes en 2020 et de s’affranchir des énergies fossiles avant 2050.

– See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2016/01/19/danemark-nouveau-record-du-monde-de-consommation-denergie-eolienne-en-2015/#sthash.BdNIGMKk.dpuf

Review of the existing maximum residue levels for triadimenol according to Article 12 of Regulation (EC) No 396/2005

According to Article 12 of Regulation (EC) No 396/2005, the European Food Safety Authority (EFSA) has reviewed the maximum residue levels (MRLs) currently established at European level for the pesticide active substance triadimenol. In order to assess the occurrence of triadimenol residues in plants, processed commodities, rotational crops and livestock, EFSA considered the conclusions derived in the framework of Directive 91/414/EEC, the MRLs established by the Codex Alimentarius Commission as well as the European authorisations reported by Member States (incl. the supporting residues data). Based on the assessment of the available data, MRL proposals were derived and a consumer risk assessment was carried out. Although no apparent risk to consumers was identified, some information required by the regulatory framework was missing. Hence, the consumer risk assessment is considered indicative only and some MRL proposals derived by EFSA still require further consideration by risk managers.

Download Article

La Ventilation à basse vitesse, nouveau concept de refroidissement

Des millions de serveurs dans des centres de données à travers le monde génèrent d’énormes quantités de chaleur pendant le traitement des données. La technologie classique de refroidissement des serveurs implique des vitesses d’air élevées de 8 à 9 mètres par seconde.

Le déplacement de l’air à cette vitesse exige beaucoup d’énergie et peut provoquer un effet Venturi, ce qui entraîne des variations de la pression d’air et peut conduire à une surchauffe des serveurs.

La compagnie Alfa Laval a présenté un concept de refroidissement unique et breveté, la Ventilation à basse vitesse, qui fournit l’air à une vitesse considérablement réduite : “1,5 à 1,8 mètres par seconde“. La réduction de la vitesse de l’air et la fourniture d’un débit d’air optimal éliminent l’effet Venturi, limitent les différences de pression et empêchent ainsi des problèmes tels que les « points chauds ».

LSV étant une technologie de pression normale, les opérateurs des centres de données doivent seulement contrôler la disponibilité de l’air, pas la pression d’air, ce qui facilite grandement le maintien de conditions optimales dans la salle des serveurs.

Un arrêté crée des panneaux de signalisation spécifiques au covoiturage

Le panneau CE52 signale un emplacement de stationnement aménagé pour la pratique du covoiturage. Le mot “COVOITURAGE” peut aussi être inscrit sur la chaussée afin d’indiquer que “les emplacements de stationnement contigus et délimités sont réservés aux véhicules des usagers pratiquant le covoiturage“.

Deux panonceaux, destinés à être placés en dessous des panneaux de signalisation, sont également créés.Il s’agit dupanonceau M6k1 qui signale que l’arrêt ou le stationnement est réservé aux véhicules des usagers pratiquant le covoiturage. Le panonceau M6k2, quant à lui, signale que l’arrêt ou le stationnement n’est autorisé que pour les véhicules des usagers pratiquant le covoiturage. Un distinguo subtil de la part du délégué à la sécurité et à la circulation routières, qui laisse entendre que l’arrêt ou le stationnement d’autres véhicules que ceux destinés au covoiturage reste possible dans le premier cas.

Interdiction des sacs plastiques – une révolution attendue inexistante !

Au 1er janvier 2016, la Loi de transition énergétique prévoyait l’interdiction des sacs plastiques de caisse non réutilisables. Un pas de géant quand on sait que 17 milliards de sacs plastiques sont encore consommés chaque année en France, et que 8 milliards de sacs sont abandonnés dans la nature dans l’Union Européenne [1]. Mais pour l’instant, la révolution attendue n’a pas eu lieu et Zero Waste France est inquiete quant à l’application rapide et réelle de cette disposition.

La faute à qui ?

Au décret d’application d’abord. Censé donner des précisions sur l’interdiction (taille et composition des sacs autorisés, possibilité d’utiliser les stocks existants…), sa publication a été reportée de 3 mois car l’Union européenne doit émettre un avis sur son contenu. En attendant, si l’interdiction reste applicable au 1er janvier, les commerçants sont autorisés à utiliser leurs stocks existants, et le flou reste entier sur les sanctions qui pourraient être imposées aux contrevenants.

Le manque d’information et d’anticipation ensuite. Si les grandes enseignes annoncent s’être préparées à l’interdiction, les petits commerces, les commerces de service ou encore les marchés forains utilisent encore largement les sacs plastiques, sans même parfois être informés de l’interdiction. Il en va de même pour les clients.

Chômage longue durée : et si l’ESS était la solution ?

A Pipriac, commune de 3 600 habitants proche de Rennes, le vote de cette loi était très attendu. Depuis 2008, elle se prépare à lancer l’expérimentation “zéro chômeur de longue durée”. Marcel Bouvier, maire sans étiquette nouvellement élu, est alors contacté par ATD Quart Monde. Le projet de l’association ? Proposer un CDI payé au SMIC aux chômeurs de longue durée, pour répondre à des besoins sociaux non pourvus sur le territoire. Et sans que cela ne coûte un centime de plus à l’État, grâce aux transferts de coûts (RSA, contrats aidés, formation…).

Marcel Bouvier n’hésite pas. La petite commune bretonne subit en effet de plein fouet la crise automobile et les différents plans sociaux du constructeur PSA de Rennes, qui impactent les sous-traitants de la région. Avec 150 chômeurs de longue durée, le maire décide de tenter le tout pour le tout. “Le sujet est trop grave. S’il y a une chance pour que ça fonctionne, il faut y aller, sans aucun doute.”